Test de FIFA 17

Test du jeu FIFA 17 ; test réalisé sur Xbox One entre le 22 septembre et le 18 octobre 2016 par Loc FRX.


fifa17_test_fgfFIFA est de retour pour cette année 2016 avec un opus plein de promesses et de nouveautés, avec en gros plan un nouveau moteur graphique et un mode scénarisé très attendu. Mais FIFA 17 tient-t-il toutes ses promesses ? Voici mon avis :

 

Une Aventure en douceur

Allez commençons par le commencement, si tant est qu’il y en ait un, alors place au mode Aventure ou « The Journey » pour les plus anglophile d’entre vous. Ce nouveau mode, qui débarque pour la première fois dans FIFA 17, est un mode scénarisé, que l’on peut aussi appeler mode histoire. L’Aventure nous met dans la peau d’Alex Hunter un jeune footballeur anglais de 17 ans qui fait ses premiers pas dans le football professionnel et plus précisément dans la Premier League Anglaise.

Avouons-le, le mode Aventure est un mode rafraîchissant qui apporte du changement dans la série FIFA, une série qui n’avait pas connu une aussi grosse nouveauté du côté des modes de jeu depuis l’apparition d’Ultimate Team dans FIFA 09. Malheureusement ce mode ne se révèle pas si convaincant que prévu. L’Aventure se révèle trop dirigiste avec certains événements qui se voient venir à des kilomètres à la ronde, et offre peu de réel choix.

Comme on le savait déjà, le jeu propose donc un joueur imposé, Alex Hunter comme écrit plus haut, et ne propose pas la création d’un joueur de A à Z. D’ailleurs il n’y a aucune possibilité de personnalisation d’Alex Hunter mise à part le choix de son club de cœur et de sa personnalité au fur et à mesure de l’aventure. Le jeu vous demandera ainsi de faire des choix dans les réponses du joueur, avec à chaque fois trois possibilités qui auront une influence sur votre nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux, ou sur l’appréciation de votre entraîneur. Autre problème l’Aventure se concentre uniquement sur la Premier League, impossible d’aller jouer en Ligue 1, en Liga ou en MLS par exemple.

Au final cette aventure se révèle être une expérience nouvelle mais assez moyenne, même si de nombreux défauts peuvent être imputés au fait qu’il s’agit d’une première sur FIFA. Il faudra en revanche corriger la plupart de ces problèmes dès l’opus suivant sans quoi le mode se montrera rapidement assez inutile.

FIFA17_EAPLAY_011

Pas de révolution pour les autres modes

Hors mode Aventure, les équipes d’EA Sports proposent des nouveautés sur plusieurs modes de FIFA 17. Commençons par le mode numéro un sur FIFA depuis quelques années déjà, le mode Ultimate Team. Bien entendu on compte de nouvelles légendes, au nombre de 10 cette année, avec l’arrivée de Carragher, Del Piero, Ferdinand, Luis Hernández, Overmars, Petit, Puyol, Scholes, Solskjær, et Verón, des légendes présentes toujours exclusivement sur Xbox. Mais le mode comprend deux grosses nouveautés, premièrement le défi de création d’équipe, les défis vous demandent de créer des équipes avec plus ou moins de critère. En échange des joueurs intégrés à cette équipe (attention une fois soumise les joueurs de l’équipe sont supprimés de votre club) vous recevrez divers récompenses comme des packs, des crédits ou des joueurs.

Deuxième grosse nouveauté le mode FUT Champions, ce mode vous demande de jouer en cours de semaine des matchs de qualification pour la Ligue Week-end. Cette ligue peut vous rapporter de belles récompenses, des récompenses plus ou moins importantes selon votre classement final, et donc, votre niveau.

C’est deux nouveautés sont bien sympathiques et offrent un peu de nouveautés dans le mode, notamment le mode création d’équipe, d’autant plus que ces défis vous permettent de vous débarrasser enfin de manière intéressante de vos joueurs non échangeables. De son côté le mode FUT Champions apporte encore davantage de compétitions et permet de repartir avec de jolies lots afin de bâtir des équipes encore meilleurs.

 

Le mode carrière n’apporte lui rien de révolutionnaire, le mode propose toujours le choix entre une carrière de joueur et une carrière de manager (toujours pas le retour du choix manager-joueur), autant vous dire que la carrière en tant que joueur ne reçoit rien de neuf cette année, les nouveautés se trouvent du côté de la carrière du manager. Dans la carrière version manager le système de finance est plus détaillé, et surtout, le CA (Conseil d’Administration) vous demande d’atteindre divers objectifs à plus ou moins long terme ; ces objectifs sont classés en 5 catégories : succès national, succès continental, rayonnement de la marque, finances et centre de formation. Une idée bienvenue  mais qui manque de profondeur et qui aura besoin d’être approfondie  dans les futurs opus.

Au début de la carrière de manager le jeu vous demande également de faire le choix de votre manager, avec son nom, prénom et nationalité, comme d’habitude, mais également en sélectionnant le physique de votre manager parmi 11 managers fictifs modélisés.

Si ces petites nouveautés font du bien, le mode compte encore de nombreux défauts, encore une fois toujours pas de retour du choix manager-joueur, mais également encore un manque d’impact sur les choix de gestion du club ou encore la manière de changer de clubs qui se fait toujours en cours de saison et manque de réalisme.

 

Le mode Club Pro n’apporte lui aussi rien de bien nouveau, il permet davantage de personnalisation de votre club dans les choix des maillots et de l’écusson. La progression de votre joueur change également et se base désormais sur votre performance en match, enfin des caractéristiques déblocables grâce à des points de compétences font leurs apparitions.

bayern_fifa17_gameplay

Nouveau moteur, nouvelle vision

C’est l’autre grosse nouveauté de ce FIFA 17, le moteur Frsotbite version 3, déjà à l’œuvre sur des jeux comme Battlefield 4, Hardline et 1, Mirror’s Edge Catalyst, Need for Speed ou encore Star Wars Battlefront, arrive dans FIFA  17 et vient remplacer le moteur Ignite en place depuis 3 ans. Comme on pouvait s’y attendre le moteur maison d’EA apporte un sérieux plus au jeu qui se retrouve embelli, les visages semblent encore plus réels et moins lisses, les stades et les terrains sont magnifiques, tout comme les effets de lumières. Le moteur permet également l’ajout de nombreuses nouvelles animations, notamment en début de match avec des animations identiques ou proches de celles des vrais championnats. Un petit bémol tout de même sur le public qui n’a pas vraiment subit un coup de jeune avec ce nouveau moteur.

Par contre on regrette toujours l’absence de météo dynamique, il est toujours impossible de commencer un match avec quelques nuages au-dessus du stade pour finir sous le déluge, ou bien de le débuter de jour et le finir de nuit. Un point qu’il serait appréciable de voir débarquer dans le prochain FIFA, surtout que l’excuse du moteur graphique ne fonctionne plus.

MU_Pogba2_FIFA17

Pierre es-tu là ?

Niveau ambiance sonore, difficile de trouver des mauvais points à FIFA, encore une fois le jeu propose une ambiance dans les tribunes vraiment impressionnantes, avec en plus l’ajout de nouveaux chants cette année encore comme le célèbre Hala Madrid du Real Madrid. La bande son du jeu est, elle aussi, encore une fois de très bonne qualité, et toujours aussi varié. Non, vraiment difficile de trouver un point faible à l’ambiance sonore du jeu, à part… les commentaires !

Cette année EA Sports propose pourtant du changement avec le remplacement de Franck Sauzée par le célèbre Pierre Ménès, une idée réjouissante sur le papier mais terriblement décevante, il faut le dire, en réalité. Le consultant de Canal+ est quasi inexistant durant les matchs se contentant de quelques rares interventions, on le retrouve principalement en avant et après matchs. De plus ses commentaires deviennent rapidement répétitifs et au final après une dizaine de matchs dans le même stade vous aurez déjà entendu à 3 ou 4 reprises la même anecdote sur le stade.

Pour ne rien arranger, le consultant, habitué à dire ce qu’il pense à la télévision, prend beaucoup plus de retenu dans le jeu et ne nous offre que quelques très très rares phrases croustillantes à la Pierre Ménès. On pourrait également rajouter que quelques phrases sont parfois difficilement compréhensibles, l’homme semblant en effet par moment parler dans sa moustache (qu’il n’a pourtant pas), alors un conseil : baisser le niveau sonore du public.

Enfin parlons quand même un peu d’Hervé Mathoux, qui lui est donc toujours en place, l’animateur de Canal+ à enregistré quelques répliques supplémentaires, et occupera donc la grande majorité des commentaires du jeu, j’espère pour vous que vous appréciez au moins un minimum le monsieur car vous allez l’entendre !

FIFA17_JuventusTurin_01072016_006

Avantage à l’attaque

Divers petites nouveautés dans le gameplay, la plus importante d’entre elles résidant surement dans les coups de pied arrêtés, aussi bien les corners, les coups francs, les penaltys que les touches, tout a été revus pour FIFA 17 avec plus ou moins de réussite. Pour les penaltys adieu le système de jauge vous demandant d’appuyer dans le bon timing, le système se révèle plus efficace une fois que vous savez le maîtriser avec la possibilité de ralentir ou accélérer sa course ou changer le positionnement de son joueur avant de tirer.

Le constat est un peu le même pour les coups francs, offrant d’avantage de possibilités et se révélant même peut être plus simple qu’avant avec de l’entrainement, en revanche je trouve personnellement le système de corner assez mal réalisé et offrant beaucoup moins d’options, si par exemple vous aimiez tirer vos corners hors de la surface de réparation dans FIFA 16, la pratique devient beaucoup plus difficile sur FIFA 17, vous obligeant davantage à trouver une tête dans la surface ou tirer vos corners à deux (même si il faut bien l’avouer c’est comme cela qu’ont les tirs habituellement). Pour finir les touches s’améliorent également avec la possibilité de faire grappiller quelques mètres à votre joueur ainsi que de réaliser des feintes de tirs.

Les autres nouveautés se concentrent surtout sur l’attaque du jeu, les joueurs peuvent maintenant protéger le ballon ce qui peut offrir un sérieux avantage face aux défenseurs adverses. Les appels de balles de nos coéquipiers sont également encore plus nombreux et variées que dans FIFA 16 permettant d’avantage de mouvements et d’actions de buts. Les actions comme les tirs, les passes, ou les gestes techniques, par exemple, sont également plus lent à réaliser, il vous faudra ainsi davantage d’entraînement pour réaliser à la perfection un geste technique.

FIFA 17 favorise donc l’attaque par rapport à la défense, attention ce n’est pas non plus la débandade et vous ne verrez pas des 5-0 à chaque match. Point noir quand même les gardiens qui semblent moins efficaces que sur l’opus précédent, notamment sur un tir un peu plus technique ou lors d’un duel en 1 contre 1.

Il faudra tout de même retenir que les mises à jour futures de FIFA 17 pourraient venir améliorer, notamment au niveau des gardiens, ou dégrader ce gameplay ; on se souvient par exemple de mises à jour sur FIFA 16 qui étaient venues dénaturer la jouabilité du titre. Mais pour le moment en tout cas, le gameplay de FIFA 17 est encore plus posé et plus lent que sur FIFA 16, favorisant encore davantage le jeu de passe que l’attaque direct à tout va.

FIFA17_EAPLAY_015

Japon, Japon et … pas grand-chose de neuf…

Si d’un côté il est difficile de critiquer FIFA par rapport au contenu niveau licence déjà présent dans FIFA 17 à savoir 35 championnats, plus de 650 équipes dont 47 nations masculines et 14 nations féminines, plus de 17.000 joueurs, en ajoutant à cela 50 stades officiels et 3 présentations officielles, on peut émettre tout de même quelques regrets cette année sur certains points.

Côté championnat EA Sports ne rajoute que le championnat japonais, un ajout qui semble d’ailleurs plus marketing afin de porter un nouveau coup à son concurrent direct qui est lui… japonais. Le jeu marque aussi le retour, dans un championnat non officiel, de la première division brésilienne, le jeu compte en effet 18 clubs sous licences de ce championnat, permettant ainsi aux fans de sélectionner l’un de ces clubs dans le mode carrière, par exemple, alors que la saison dernière les clubs brésiliens présents étaient regroupés dans la section « Reste du Monde ». D’ailleurs 5 clubs de seconde division brésilienne sont également présents dans cette section « Reste du Monde ».

Côté ajout, toujours dans « Reste du Monde », on note l’apparition du club finlandais de l’HJK Helsinki. Malheureusement on regrette l’absence de championnat comme la Chine, la Grèce ou l’Ukraine par exemple, ou de club comme l’APOEL Nicosie, le Dinamo Zagreb, Ludogorets Razgrad, …

Malheureusement le jeu ne comporte également aucune nouvelle nation, il est de plus en plus difficile de comprendre l’absence de nations comme l’Algérie ou la Croatie par exemple. Malgré cela on remarque davantage de nations sous licence cette année, comme la Belgique par exemple, en revanche certains pays ne comptent toujours pas de licence officielle comme le vainqueur de l’EURO 2016, le Portugal, qui devra faire avec un maillot fictif et son drapeau pour emblème.

La grosse nouveauté de FIFA 16, le football féminin, ne comprend lui aussi aucune nouveauté, ou presque, FIFA 17 ajoutant seulement deux nations, les Pays-Bas et la Norvège, aux 12 nations déjà présentes. Toujours pas de clubs ou de championnats présents, et des filles qui se cantonnent encore une fois aux modes de jeu secondaires du titre.

 

La série a également pris l’habitude depuis quelques opus d’ajouter la présentation officielle de certains championnats, après la Premier League et la Bundesliga, FIFA 17 marque l’arrivée de la présentation de la CUP Anglaise, l’une des plus anciennes et célèbres compétitions du monde, et malheureusement (encore) ça sera tout ! Pourtant on aurait pu s’attendre à la présentation officielle de la Liga avec laquelle EA Sports a signé un nouveau partenariat cette année. À noter que la nouvelle présentation de la Premier League est apportée via une mise à jour du jeu (patch 1.02).

 

Cette année dans FIFA 17 on note également une première pour un FIFA « classique » avec la modélisation entraîneurs, ainsi les 20 entraîneurs de Premier League sont modélisés dans le jeu, et seulement les 20 de Premier League, le faux Zidane du Real Madrid est l’un des 11 entraîneurs génériques du jeu, et n’a pas vocation à ressembler au vrai coach contrairement à ce qui a pu tourner sur internet après la sortie du jeu.

 

Enfin pour finir : les stades. Le jeu propose trois nouveaux stades, le Riverside Stadium de Middlesbrough, le Stade Olympique de Londres de West Ham United et le Suita City Football Stadium du Gamba Osaka au Japon. Mais deux stades disparaissent le Camp Nou du FC Barcelone (qui devient exclusif au jeu concurrent) et le Stade Gerland de Lyon qui n’est malheureusement pas remplacé par le nouveau Parc OL. FIFA 17 ne propose ainsi que deux stades français, le Parc des Princes du PSG et l’Orange Vélodrome de l’Olympique de Marseille, une déception d’autant plus grande que la France a accueilli le dernier EURO et compte maintenant de nombreux stades modernes et fonctionnels comme le Stade Pierre-Mauroy de Lille, le Matmut-Atlantique de Bordeaux ou encore l’Allianz Riviera de Nice.

 

En tout cas vous l’aurez compris, la Premier League est vraiment très complète cette année (on voit d’ailleurs difficilement comment faire mieux maintenant) les 20 entraîneurs et stades sont présents, la majeures parties des joueurs sont modélisés, avec ça on ajoute la présentation officielle de la Premier League, jusqu’au vrai pub affichées au bord du terrain lors des matchs, sans oublier les vrais chants des supporters dans les stades. Bref tout y est ! En espérant maintenant voir des championnats aussi complet l’année prochaine pour d’autre pays !

FIFA17_stade_west_ham

Bilan :

Oui, FIFA 17 est un bon FIFA, qui apporte cette année son lot de grosses nouveautés avec le mode Aventure et le moteur graphique Frostbite. Le jeu s’accompagne aussi de divers ajouts mineurs comme FUT Champions et les défis de création d’équipe d’Ultimate Team, ainsi que des nouveautés, bonne au départ, mais pas forcément bien réalisé, comme l’arrivée de Pierre Ménès en tant que commentateur, ou des idées pas suffisamment approfondies comme les objectifs en mode carrière.

En réalité le jeu pèche dans de nombreux détails l’empêchant d’être un excellent jeu, avec par exemple la part belle faite à la Premier League délaissant un peu trop les autres championnats, le manque de stade français, l’absence de nouvelle nations, le manque de nouveauté du côté des féminines.

On note aussi un gameplay sans changement réellement majeure, malgré l’ajout de la protection de balle et les nouveaux coups de pied arrêtés, un dernier ajout parfois discutable. Enfin, si l’ambiance dans les stades et l’aspect graphique du jeu est très satisfaisant, il n’en est pas de même pour le fameux mode Aventure qui est assez décevant au final, malgré une très bonne idée sur le papier, il s’agit de l’un des principaux points à corriger et à embellir pour FIFA 18.

fifa17_knvb_f FIFA17_EAPLAY_001 FIFA17_EAPLAY_007

Les +

Les –
  • La nouvelle aventure sympathique au départ…
  • …mais finalement décevant sur l’ensemble et trop dirigiste
  • Un nouveau moteur graphique qui fait des merveilles
  • Un Pierre Ménès décevant aux commentaires
  • L’ambiance au top dans les stades
  • Pas de nouvelles nations masculines
  • La nouvelle protection de balle des joueurs
  • Rien de neuf côté féminin
  • Un gameplay encore plus lent et plus réaliste
  • Des gardiens moins efficaces
  • De nouvelles manières de tirer les coups de pied arrêtés…
  • …mais pas toujours convaincants
  • Des nouveautés bien sympathiques dans FUT
  • Plus que deux stades français
  • Une Premier League très complète et immersive

La Note :

carte_test_fifa17

Note finale 86/100 ≈ 17/20
Comment lire la carte ? La note principale du jeu est indiquée en haut de la carte, cette note est la moyenne des six notes par catégorie du jeu. GRA signifie Graphisme ; SON = Bande son ; SCE = Scénario ; GAM = Gameplay/Jouabilité ; VIE = Durée de vie ; LIC = Contenu en terme de licence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *